Visite au jardin d’agronomie tropicale de la ville de Paris

Connaissez-vous le jardin d’agronomie tropical de la ville de Paris ? C’est un jardin que j’ai découvert la semaine dernière, et qui se trouve à l’extrême est du parc de Vincennes.

20170305_120053.jpg
Esplanade du Dinh

plan
Plan du jardin

La visite

C’est grâce au programme de la carte citoyenne que nous sommes au courant de cette visite gratuite organisée par la direction des espaces verts et de l’environnement de la ville de Paris. Sous un froid glacial et une pluie ininterrompue, seuls 6 personnes sur la douzaine inscrite, ont fait le déplacement… Le guide, littéralement passionné, n’a à peine remarqué qu’il pleuvait je crois.

Nous déambulons dans ce jardin exotique et très inattendu. Les bâtiments, pour certains en ruine, ont peu à peu été enseveli par une végétation vaguement tropicale et laissent entrevoir un passé colonial qui attira ici près de 2 millions de personnes en un an. Car cet espace fut à son apogée (très brève) en 1907 lors de l’exposition coloniale.

20170305_121143
Monument à la mémoire des Cambodgiens et Laotiens morts pour la France

Le jardin est à échelle humaine, et l’on remarque rapidement qu’il a été le lieu de différents usages :

  • des serres de plantes exotiques afin de les mettre au point puis les envoyer dans les colonies. J’ai appris par exemple que la cacahuète n’était pas présente en Côte d’Ivoire mais qu’elle y fut introduite par la France, après études d’acclimatation dans ces serres (la cacahuète vient du Brésil). Ces serres sont en très petits nombres, et aujourd’hui délabrées ;
  • des pavillons démonstratif de nos anciennes colonies dans lesquels les touristes pouvaient consommer des mets exotiques, introuvables ailleurs à Paris alors ; mais aussi faire des affaires, notamment en investissements bancaires, dans lesquelles la France excellait. Les pavillons concernent les anciennes colonies suivantes : Tunisie, Indochine (entièrement restauré), Guyane, Réunion, Maroc, Congo (en ruines) ;
  • des monuments aux morts, érigés après la première guerre mondiale. Ci-dessus une photo du monument à la mémoire des Cambodgiens et Laotiens. Un autre, sur lequel s’érige un aigle unique en France, emblème de Madagascar, s’érige à la mémoire des soldats Malgaches morts pour la France ;
  • plus récemment, une ferme, créée par l’association Ville Fertile, exploite une grande serre en polycarbonates (200 pieds de tomates et quelques autres de concombres, poivrons et aubergines) et 500m² de terrain. Dans un bout de cave aménagé sous la maison de l’ancien gardien du jardin tropical, des sacs sont suspendus sur lesquels poussent des pleurotes. On peut tout à fait venir à la ferme acheter ces produits, ils sont en vente directe :
  • un lieu de promenade tranquille et originale, avec une station de RER juste à côté (Nogent-sur-Marne) et plein de places pour se garer (surtout quand il pleut et qu’il fait froid…)
20170305_114307
La maison du premier gardien et un bout de terrain exploité par la ferme Ville Fertile

Un grand merci à notre guide. La prochaine fois on prendra des chaussures de randonnées pour marcher à souhait dans la boue (exotique).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s