Un bûcher dans le port

Sur la table, la lampe a pétrole était déjà allumée, mais les deux fenêtres étaient écarlates, comme si le soleil, en se couchant, était tombé dans la cour. Maintenant il flambait dans la caisse de béton et le mur était couvert de flammes qui léchaient les carreaux.

L’écrivain slovène Boris Pahor décrivant l’incendie par les fascistes, en 1920, du Narodni Dom, le centre communautaire slovène de Trieste.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s