Rachmaninov et Jenkins par le COGE

Ce concert se déroule au grand amphi Binet de l’université Paris Descartes. Le programme est le suivant : l’île des morts de Rachmaninov et la messe « The Armed Man » (l’homme armée) de Karl Jenkins. Le COGE (choeur et orchestre des grandes écoles) investit deux fois par ans les lieux pourtant sous proportionnés pour leurs besoins. Les percussionnistes sont dans les coins et quelques choristes du premier rang doivent se mélanger aux musicien du dernier. Cette formation amatrice de grande ampleur s’attaque souvent à des œuvres grandioses, où éclate la verve d’une jeunesse éternelle.

Lire la suite « Rachmaninov et Jenkins par le COGE »

Du Mozart à la Philharmonie

Du Mozart à la Philharmonie

La philharmonie occupe encore quelques occasionnelles soirées musicales, et ce n’est pas fini. Pour l’heure (c’était jeudi 14 janvier tout de même…), c’est de Mozart qu’on parle, avec son inoubliable requiem en plat de résistance.

Son oeuvre ultime est précédée, en première partie, d’un concerto pour piano qu’il serait dommage d’éclipser. Cette fois à droite de la scène sur les premiers balcons, j’expérimente une nouvelle position pour profiter de l’acoustique du concert. Et comme toujours, à contre courant de la tendance sur le sujet, je reste plein de réserves sur l’acoustique de cette salle pour le piano. La clarté du jeu de Peter Serkin ne parvient pas jusqu’à moi, mais la musicalité de l’ensemble est toutefois bien perceptible. Bertrand de Billy dirige l’orchestre de Paris.

Lire la suite « Du Mozart à la Philharmonie »

Erin Hales, piano

Erin Hales, piano

L’Institut Goethe accueille régulièrement des jeunes musiciens classique à se produire dans leur auditorium dans un esprit convivial et chaleureux. Erin Hales y fut ma dernière découverte, puisqu’elle s’y produisit, pour la première fois en France, le 12 janvier dernier, dans un programme exclusivement consacré à Bach, et plus précisément au clavier bien tempéré dans une sélection de préludes et fugues. Ce monument pianistique (en fait, écrit pour le clavecin initialement) est l’objet de son premier CD, paru sous Academy Production et soutenu par Artalinna.

Lire la suite « Erin Hales, piano »

Pierre Henry à la Philharmonie 2

Pierre Henry à la Philharmonie 2

Ca peut faire bizarre la première fois, comme c’était mon cas, de s’installer dans une grande salle noire pour écouter de la musique, avec sur scène rien d’autre qu’une armada de hauts-parleurs. Diffusée est la musique de Pierre Henry, pionnier et précurseur de la musique électronique en France. Assis à sa console, ses gestes lents manipulent des potentiomètres comme un sculpteur ferait du poinçon. Car il sculpte sa musique, en direct, dans cette oeuvre ininterrompue qu’est Continuo ou vision d’un futur. On on se laisse aller à cette création qui suscite irrémédiablement des images, indéfinies, dans notre esprit attentif à une pulsation infinie superposée à des sons pleins, d’une puissance terrestre.

Lire la suite « Pierre Henry à la Philharmonie 2 »

Simon Rattle à la Philharmonie de Paris

Simon Rattle à la Philharmonie de Paris

C’était mardi dernier, le 3 novembre 2015, que Simon Rattle entamait son marathon des neufs symphonies de Beethoven avec son orchestre (depuis 2002), l’orchestre philharmonique de Berlin. Considéré comme l’un des plus grands orchestres du monde, dans un répertoire qui lui est on ne peut plus classique et familier.

C’est aussi pour moi l’occasion de revenir à la grande salle, que je fréquente assez peu finalement par rapport à la grande qualité de ses concerts et à sa proximité de chez moi ! J’étais déçu la dernière fois, d’une acoustique enveloppante soi-disant égale, dans un récital pour piano où j’étais placé derrière (relire ici). Changement de contexte : de la musique pour orchestre et en face (dernier rang du parterre).

Lire la suite « Simon Rattle à la Philharmonie de Paris »

La visite de la tour Saint Jacques

La visite de la tour Saint Jacques

La Tour Saint-Jacques est au cœur de Paris, sur la rive droite. C’était le clocher de l’église Saint-Jacques de la Boucherie, église qui a été démolie (vendue comme carrière de pierre) lors de la révolution Française.

Par transformations successives, au XIXème siècle, ce clocher se transforme en tour, après la suppression de nombreux éléments comme par exemple… les cloches. Des sculptures du gothique flamboyant (début XVIème) sont venu orner l’édifice existant, au profit d’une conception de l’art contemporain plutôt que du moyen-âge durant laquelle elle fut construite.

Lire la suite « La visite de la tour Saint Jacques »

Trois ans de CNED en musicologie

Trois ans de CNED en musicologie

C’est fini ! J’avais décidé il y a trois ans de suivre un cursus de musicologie à distance par le CNED. Les cours et les corrections de devoirs sont assurés par le CNED et les examens sont assurés par la Sorbonne. Dans les faits on remarque vite qu’il s’agit d’un vrai partenariat entre les deux entités. Les polycopiés sont écrits par les professeurs de la Sorbonne ainsi que les devoirs, et c’est eux qui les corrigent. Les devoirs contiennent les modalités de l’épreuve en question, qu’on passe à la Sorbonne. On peut tout à fait faire l’un sans l’autre. Passer les examens permet d’officialiser ses compétences avec un diplôme mais apprendre et se faire corriger n’implique pas de passer les examens. Je ne crois pas avoir vu de candidats libres aux examens, mais ça doit être possible. (bon courage cela dit !). Lire la suite « Trois ans de CNED en musicologie »

Triathlon de Paris 2015

Triathlon de Paris 2015

Ca y est. On a eu le droit à un nouveau triathlon de Paris, hier, le 5 juillet 2015, après deux ans d’interruption dont la cause principale semblait être l’impossibilité de nager dans la Seine (qualité de l’eau, business des bâteaux-mouches… ?). Retour et renouveau : on nage dans la base de loisir de Choisy le Roi dans un magnifique lac tout en longueur.

En suivant les recommandations de l’équipe d’organisation, je me prépare la veille en retirant mon dossard à Tour Eiffel, déposant mon sac de transition 2 (le sac orange !) et en amenant mon vélo à Choisy le Roi par RER. Dans le RER, un groupe d’Allemandes se gourent et prennent le train vers Versailles (bah quoi… on peut tout à fait aller à Versailles en passant par Choisy le Roi… Ah oui mais non en fait ha ha ce serait trop simple). Le temps de les prévenir que c’est l’autre quai, l’une des quatre est déjà dans la mauvaise direction. Lire la suite « Triathlon de Paris 2015 »

Vestard Shimkus, le balte aux doigts de feu

Vestard Shimkus, le balte aux doigts de feu

Il ne faut pas attendre longtemps pour se rendre compte que Vestard Shimkus a un rapport charnel avec son clavier. Je l’ai entendu vendredi dernier, à la salle Cortot, dans un programme bicéphale, très original. Je connaissais le pianiste au disque, dans Soler chez Naxos et Rachmaninov chez Artalinna. On y retrouve son jeu franc et son sens de la musicalité, à la fois inné et très personnel, ce qui est une denrée rare.

Lire la suite « Vestard Shimkus, le balte aux doigts de feu »